Bondieuseries juives – bidons

Redite : m’est avis, ici – que les fondements du judaïsme ressemblent à un simple copier/coller de ce que les hébreux ( ?) déportés en Assyrie, ont glanés, dont

Le Déluge, Abrahm.. Moïse aussi est une légende, inventée quand les égyptiens ont foutu dehors (« Exode ») les hyksos les futurs « hébreux ».

Copier/coller enluminé jusqu’aux Thorah, Talmoude puis la Bible – bidon tout ça.

Pour renforcer mes impressions suit une très bonne compile/analyse sur agoravox :

« Moïse est vraisemblablement le personnage le plus important de la Bible hébraïque [..]

« D’un point de vue « scientifique », nul universitaire, écrit le professeur Thomas Römer, ne soutient plus l’historicité d’Abraham, et celle de Moïse. Le récit de la naissance de Moïse ressemble de près à la légende de la naissance de Sargon, roi légendaire, fondateur de l’Empire assyrien. Un méchant roi, une belle princesse, un nouveau-né, un coffre-berceau-corbeille, un fleuve, un abandon : c’est un schéma connu, celui des naissances de Romulus et Remus, d’Apollon, d’Adonis, de Moïse. La source de ces récits se trouve à Babylone, vers – 2450. Un texte mésopotamien raconte la naissance de Sargon Ier, roi de Babylone. D’origine modeste, cet enfant adopté est le fondateur du premier empire de l’Histoire : celui d’Akkad et de Sumer.. Cette histoire, qui court jusqu’aux confins de l’Inde et du Tibet, a dû inspirer les scribes juifs lors de la rédaction de l’Exode. » (4)

L’exode a-t-il existé ?

Des universitaires remettent en cause la réalité de l’exode. L’archéologue Israël Finkelstein et l’historien archéologue Neil Asher Silberman, ont confronté dans une étude le fait biblique avec la réalité archéologique La Bible dévoilée, leur ouvrage de synthèse présente le résultat de recherches (…) Le suspense tourne court, poursuit Nicolas Smaghue car très tôt les archéologues affirment que « ce sont des récits qui ont été cousus ensemble à partir des souvenirs, des débris d’anciennes coutumes, de légendes sur la naissance des différents peuples de la région et de préoccupations suscitées par les conflits contemporains [..] Pour les archéologues, conclut Nicolas Smaghue , il n’est pas possible qu’une foule d’esclaves hébreux aient pu fuir vers le désert et la mer Rouge, sans rencontrer les troupes égyptiennes ou sans qu’il en reste au moins des traces dans les archives étatiques » (5)

Le professeur Ze’ev Herzog de l’université de Tel Aviv abonde dans le même sens « Après 70 ans d’excavations et de fouilles extensives sur la terre d’Israël, écrit les archéologues ont trouvé que les actions du patriarque sont des histoires de légende ; nous n’avons pas séjourné en Egypte, ni fait un exode, nous n’avons pas conquis la terre. Il n’y a pas non plus de mention de l’empire de David et de Salomon. Ceux qui s’y intéressent savent tout cela depuis des années, mais Israël est un peuple têtu et ne veut pas en entendre parler. » (6)

Les dix plaies d’Egypte

Qu’en est-il du récit sur les dix plaies de l’Egypte rapporté dans l’Exode ? [..] Ils avancent que L’éruption du Santorin serait l’événement géologique le plus ancien dont l’humanité et les trois religions du Livre auraient gardé le souvenir. : « les dix plaies d’Egypte » que l’on trouve dans l’Exode ont pour les scientifiques une ou des explications qui semblent cohérentes avec les données géologiques à l’exclusion de tout miracle (…) Le plus sceptique des sceptiques, Sigmund Freud, qualifiait l’histoire de Pessa’h de « mythe pieux » et prétendait que Moïse était un prince égyptien rebelle qui vénérait le dieu-soleil Aton et avait inventé la religion juive dans le cadre d’un stratagème politique La Bible raconte que Moïse et son frère Aaron infligent dix plaies au peuple d’Egypte » (7)

[..] L’éruption du mont Santorin. Situé à 800 km au nord-ouest du pays des pharaons, ce volcan de la mer Égée entra en éruption entre 1650 et 1600 avant notre ère »(8) [..]

Le récit de Joseph : Un anachronisme ?

Toujours dans la Bible le récit de Joseph que l’on retrouve aussi dans les évangiles et le Coran connait des incohérences L’historien docteur Ashraf Ezzat en parle : « Dans le texte de la Génèse 37-38, on parle de dromadaire alors que cet animal n’a été introduit en Egypte qu’au 9e siècle avant J.C A ce point de notre recherche, nous avons été confrontés à un terrible anachronisme qui rendait l’historicité de cette histoire de Joseph, une théorie impossible à soutenir, car en accord avec la chronologie biblique, Joseph aurait été vendu comme esclave vers 1546 Av.JC. Si l’histoire de Joseph n’a pas pu se produire avant le 7ème siècle Av.JC, ceci renverrait automatiquement l’histoire de l’Exode dans cette nouvelle chronologie biblique vers le milieu du 4ème siècle Av.JC, en d’autres termes durant la période grecque de la direction de l’Egypte, ce qui représente une autre impossibilité théorique »

Que faut-il conclure … d’une façon provisoire ? [..]

… bla bla; sur agoravox

Un bon commentaire pour enfoncer le clou :

Samy Levrai 28 juin 17:45
Si on se réfère à la traduction des tablettes sumériennes ,il n’y a plus d’Adam et Eve, plus de péché originel, plus de Moïse et ses 10 commandements, plus de Noé, plus d’Abraham, tout a été pompé et changé par félonie pour imposer un pouvoir patriarcal.
Il n’y a donc pas de pacte avec un peuple élu… l’homme aurait été créé à partir de l’argile par les dieux de Sumer qui les ont fait à leur image… , suite à la grève des dieux secondaires qui en avaient marre de servir les dieux supérieurs menaçant de détruire leurs outils de travail…, pour servir d’esclaves. Le berceau de Moise bitumé pour être étanche et flotter, est gênant dans un pays qui n’a pas de bitume… par contre Sumer, elle, en déborde… Gilgamesh raconte le même déluge que Noé mais avec des dieux sumériens… les 10 commandements se retrouvent sur des stèles de lois sumériennes, etc…
Pourquoi donc s’embêter à démontrer quelque chose ( les 10 plaies) qui est de toute façon fausse puisque Noé est juste le Sargon revisité pour les intérêts d’une secte apocalyptique …
Toute la genèse et pourquoi pas, des lors, toute la bible n’est que textes sumériens re-écrits pour asseoir le pouvoir de quelques frustrés sexuels il y a 2600 ans.
Nous aurions découvert plus d’un millions de tablettes jusqu’aujourd’hui et il y en auraient encore 100 fois plus à déterrer, les religions du livres doivent être en mode panique… les tablettes résistent au temps et aux incendies contrairement au papier

Epilogue :

– Il faut être particulièrement naïf pour adhérer à une religion.. la croyance étant une autre question.

– Les méchantes langues (comme ici) diront : Qu’est-ce que les juifs foutent en Palestine ? alors //

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s