Archives de Catégorie: intox

.. ce qui fait d’Israël le « Messie des nations » & religion de la Schoha « christianisée »

C’est une bonne feuille de Laurent Guyénot, Laurent qui n’est pas particulièrement sioniste.. il dit même que a href= »https://lhddt.wordpress.com/2017/09/06/si-vous-avez-besoin-de-yahwe-aussi-appele-jehowah-ndr/ »>les juifs sont victimes, dominés, MANIPULES par le sionisme dans « L’heure la plus sombre #70» chez ER&TV

Là – entre autres, il souligne l’invention « des histoires » juives par ce fumiste juif de Graetz.
C’est un levier du bouquin « Comment fut inventé le peuple juif » de l’ami bon juif anti sioniste Shlomo Sand.

Dans une montagne de références et considérations sur le christianisme vendu, bradé – aux juifs.

La Shoah éternelle et l’ingénierie dialectique de l’histoire

[..] Il ne s’agit pas seulement de neutraliser l’antijudaïsme des Évangiles, en effaçant la responsabilité collective juive dans la mort de Jésus ; il s’agit aussi de rendre le christianisme judéophile, et même de le réabsorber dans le judaïsme d’où il est issu, en mettant l’accent sur la judéité de Jésus. Le programme est tracé par Heinrich Graetz dans sa monumentale Histoire des Juifs (publiée en allemand à partir de 1853), qui aura une grande influence sur les juifs réformés aussi bien que sionistes :

« Jésus n’a nullement cherché à ébranler le judaïsme existant ; il ne s’est posé ni en réformateur de la doctrine judaïque, ni en fondateur d’une secte nouvelle, mais il voulait simplement amener les pécheurs à la vertu et à la sainteté, leur apprendre qu’ils étaient, eux aussi, enfants de Dieu, et les rendre dignes de participer à l’ère messianique. »

Par conséquent, continue Graetz, Jésus a « péri victime d’un malentendu. Sa mort est devenue la source d’innombrables souffrances, de supplices de toute nature, pour les enfants de son peuple [14] ». Notons l’habile inversion : la crucifixion, malencontreux malentendu, est la source des supplices endurés par le peuple juif.

Ce travail préparatoire accompli par des théologiens et des historiens juifs parfaitement intégrés au monde universitaire, portera ses fruits après la Seconde Guerre mondiale, c’est-à-dire après la réalisation de la prophétie. C’est alors que les juifs seront en position d’exiger de l’Église qu’elle se réforme selon leurs plans. Jules Isaac, fondateur de l’Amitié judéo-chrétienne en 1948, s’est attelé à cette tâche dans les années conduisant à Vatican II (1962-65). Il appelle les catholiques à renoncer à leur antijudaïsme et à reconnaître les juifs comme leurs « frères aînés », sur la base d’une vision de Jésus identique à celle de Graetz. Après la mort de Pie XII, Isaac prononce le 15 décembre 1959 une conférence à la Sorbonne intitulée « Du redressement nécessaire de l’enseignement chrétien concernant Israël », plus tard publiée sous le titre L’Enseignement du mépris. Pour le satisfaire, Jean XXIII nomme le cardinal judéophile Augustin Bea à la tête du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, qui s’occupe également des relations avec le judaïsme. Les deux adjoints immédiats de Bea, Mgr Baum et Mgr Oesterreicher, sont des juifs convertis, et un article de Look du 25 janvier 1966 évoque des réunions secrètes entre Bea et le Comité juif américain [15].

Le résultat de ce lobbying fut la naissance d’un nouveau catéchisme judéophile, promu par des personnalités telles que le cardinal Lustiger, « devenu chrétien par la foi et le baptême » en 1940, mais « demeuré juif comme le demeuraient les apôtres » selon ses dires

https://www.egaliteetreconciliation.fr/La-Shoah-eternelle-et-l-ingenierie-dialectique-de-l-histoire-48630.html

Docteur Haouze parle de « blanche neige »

dans cet épisode Saison 03 – Episode 05… en parlant d’une patiente de variété noire.

On y parle de racisme .. Par exemple, on y apprend que quand on aime pas les blancs, ce n’est pas ouacist’, c’est « culturel », sic un autre homme de variété blackque.

Mais c’est bien sûr ! Con y avait pas pensé ## nous – bêtement de race blanche.

A part ça, dans cet épisode ## Première illustration : fesse droite de Lisa Edelstein élevée sous sa mère juive. Doctor Houze est en train de la seringuer :

Puisqu’on est en plein racisme : la patronne de ‘hosto Lisa Edelstein – dans Dr House, est manifestement, scénariquement juive .. c’est la juive supérieure (comme son titre l’indique (1) « la patronne »).

En aparté : ce qui m’interpelle d’une façon générale, c’est que les juifs troquent toujours leur prénom sémite contre un prénom chrétien.. Parfois leur patronyme : Marcel Bloch aka « Dassault » (2), .
Sauf les célèbres & illustres prénoms : « David, Sahara et bien sur Rachelle » ~~ utilisés à degobiller tes spaghetts.. PAS UN FILM ou série SANS SA RACHEL.

Illustration : les dessous-de-Lisa ~~ en toubien tout honneur 😉

(1) Depuis bien 30 ans, dans les films ou séries US (même dans « Profilage ») le patron, chef, commissaire, président est toujours soit noir soit juif.. jamais plus blanc.

Humour juif relatif sans aucun doute : feu Roger Lévy aka « Roger Hanin NavaRRo » appelait ses sous-fifres blancs chrétiens, ses « mulets » alors que chacun sait que : les blancos fouomag-blan yzont plus le droit de dire « bicots » en parlant de nos amis arabes.

(2) Marcel Bloch est un petit-neveu par sa mère, Noémie Allatini, de Moïse Allatini, originaire de Livourne, première fortune de Salonique et troisième fortune de l’Empire ottoman, et descend par son père, Adolphe Bloch, d’une famille juive alsacienne

Pire que la célèbre « chambre à gaz »

Dans cet épisode de Colombo : « Tout n’est qu’illusion » ##

<i<Réalisé par Harvey Hart avec Bob Dishy, Peter Falk, Robert Loggia, Nehemiah Persoff, …

Prestidigitateur dans un cabaret, Santini assassine froidement Jesse Jerome, le tenancier qui, connaissant un pan secret de son peu reluisant passé, en profitait pour le faire chanter.

« Jesse Jerome » dit : « Les nazis ont envoyé des enfants par milliers dans les fours .. »

On savait pas .. moi qui croyais qu’on les gazait d’abord .. sauvages !
« Tout n’est qu’illusion » sauf la « chambre à Gaza » (blague) et autre camp d’extermination des palestiniens.. ça au moins, ce n’est pas un « bobard de guerre » et autres bobards pas de guerre.

Noël // fête païenne

Noël

Noël est une fête d’origine romaine célébrée chaque année, majoritairement dans la nuit du 24 au 25 décembre ainsi que le 25 toute la journée. En tant que fête chrétienne, elle commémore la naissance de Jésus de Nazareth ..

Evidente récupération chrétienne, comme toutes fêtes ou « saint’ païens (sainte Flodoberte etc) d’autant que Jésus-Christ est probablement né (s’il a existé) vers janvier 0001 et non zéro zéro zéro zéro.

.. Avant la christianisation de l’Occident, elle était appelée Dies Natalis Solis Invicti et correspondait au jour de naissance de Sol Invictus. La date du 25 décembre a été fixée comme grande fête du soleil invaincu (Sol Invictus) par l’empereur romain Aurélien1 qui choisit ainsi comme date le lendemain de la fin des Saturnales mais qui correspond aussi au jour de naissance de la divinité solaire Mithra2. Aurélien souhaite en effet unifier religieusement l’empire3,4,5, en choisissant cette date il contente les adeptes de Sol Invictus et du culte de Mithra tout en plaçant la fête dans la continuité des festivités traditionnelles romaines…

https://fr.wikipedia.org/wiki/No%C3%ABl

Notez aussi que Santa Klaus.. dit « père Noël » à l’Ouest des pays germains, portait un costard VERT avant le « Débarquement » de Mistère Coca-Cola.

A part l’équipe des « Bleus », de quoi peut-on causer qui ne soit pas anti-sémitique ?

.. il n’y a pas de juifs dans l’Equipe de France.

Pour Apathie, le discours de Hollande contre la finance «renvoie à des clichés antisémites»

François Hollande s’attaquant verbalement à la finance, lors de son discours au Bourget en 2012
Dans la foulée de la polémique autour d’un tweet de Gérard Filoche, le journaliste Jean-Michel Apathie a questionné Jean-Christophe Cambadélis sur le discours de François Hollande contre la finance en 2012, qu’il juge suspect.

«Mon adversaire, c’est le monde de la finance», déclarait François Hollande, alors candidat à la présidentielle, en 2012 au Bourget. Une sortie que n’a pas oubliée Jean-Michel Apathie, qui recevait l’ancien Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis sur les ondes de France info le 21 novembre, pour évoquer la procédure d’exclusion du parti lancée contre Gérard Filoche, pour la publication d’un tweet jugé antisémite, rapidement retiré.

Mais le journaliste n’a pas l’intention d’en rester là et poursuit son réquisitoire : «Pas de nom ? Pas de visage ?», fait-il remarquer insidieusement. «C’est la main invisible du marché. Enfin ce n’est pas pour autant que…», réplique alors l’ex-Premier secrétaire du PS, tentant de justifier les propos du chef de l’Etat.

Je ne dis pas que François Hollande, consciemment, est antisémite
Toujours aussi remonté, Jean-Michel Apathie ne lui laisse pas loisir de finir sa phrase et se montre peu convaincu par cette explication : «Là ce n’est pas dit « la main invisible du marché ». Là c’est « pas de nom, pas de visage, les vrais gouvernants sont derrière ».»

«Mais pourquoi les vrais gouvernants seraient obligatoirement les Juifs, monsieur Aphatie ? Je ne comprends pas là», répond un Jean-Christophe Cambadélis désarçonné.

«Je ne sais pas, c’est le cliché antisémite, ce que révèle le fond du tweet de Gérard Filoche», accuse le journaliste, avant d’étayer son analyse : «Je ne dis pas que François Hollande, consciemment, est antisémite mais est-ce que ça ne nourrit pas cet imaginaire de gens qui, dans la coulisse – Gérard Filoche expose la coulisse – de gens qui tirent les ficelles et sont les marionnettistes de ceux qui sont élus ?»..

Sur RT.

Bref : tout le monde goy est a priori supposé anti-sémite prêt à ré-ouvrir LA CHAMBRE
– sauf les amateurs de fou de balle, ça va sans dire ! tant qu’ils ne parlent pas en plus :

– de politique intérieure (voir les détails sur les patronymes – c’est édifiant).
– de géopolitique
– de médias, presse, télés visiblement « achetées », cinéma – d’évidence,
– l’art – marché de l’art,
– télécoms : l’internet
– de justice, avocats et notaires combinards
– de grandes entreprises .. aviation.
– trusts pharmaceutiques
– grand magasins, chaînes de superM.
Ah si – j’allais publier :
– commerce/revenus sur le football en matière télévisuelle, partagé avec le Qatar 😉

exclus le toilettage des chiens de manchons.

Dans « Friends »

cette série US avec cette bombe de Jennifer Aniston, il ‘y a pas que des juifs.. il y a deux blancs dont une blanche donc :

Matt LeBlanc as « Joey » et bien sûr
Jennifer Aniston ((de son vrai nom Anastassakis), d’origine grecque) mais – quand même affublée du prénom juif de « Rachel ».

Pour ce qui est des patronymes de la production – question archent, je te laisse imaginer : Kauffmann.. « David » Crane, Marta Kauffman et compagnie.

Pour les autres :

Lisa Kudrow Elle a grandi dans une famille juive de classe moyenne1,2. Ses ancêtres ont immigré de Biélorussie, d’Allemagne, de Hongrie et de Pologne. Son arrière grand-mère paternelle, Mera Mordejovich, a été assassinée en Biélorussie durant la Shoah.

Durant un épisode, elle accouche dans une maternité spéciale juive (« Israel hospitale ») élevée sus la mère.

David Schwimmer a grandi dans une famille juive allemande. Ses parents ont tous deux fait une carrière dans le droit. David a une sœur aînée nommée « Ellie »

A la colle avec la pseudo juive Rachel, bien sûr. Raison pour laquelle – scénaristiquement, on a affublé Jenn de « Rachel ».. qu’elle soit mixitable juifs.

Cet article bien innocent, pourra sembler racisse à certain mais il n’en est rien. On s’étonne seulement que les 14 millions (1) de juifs contrôlent les media de 7 milliards de terriens pas tous juifs mais plutôt goyimmes – donc.
Soit un rapport de 1/50° de la populace mondiale.. devraient se contenter d’un cinquantième des media si je ne m’abuse.
Mais comme ils les ont acheté avec de l’archent ~~

Tu me diras que je ne suis pas obligé de regarder mais, c’est là qu’il y a Jennifer et puis, à part Soeur Thérèse Point Com, il n’y a que ça.

Ah si! j’oubliais une exception à la règle // il y a The Big Bang Theory.. j’allais être injuste bien qu’elle ait son juif quand même (à hauteur d’un sixième des acteurs) :

Simon Helberg Il a été élevé dans la tradition judaïque,
où il joue un génie juif. Ça fait deux juifs dans la série si on compte sa mère (gueularde off) bien qu’on ne la voit heureusement jamais.
A part des rappels genre « anouchka », circoncision et autres goudies juives, la série est supportable.
Supportable qu’autant qu’on y trouve un certain équilibre sur 7M avec Kunal Nayyar (hindi : कुणाल नैयर) est un acteur britannique d’origine indienne.

Le réalisateur de TBBG, Chuck Lorre – est un gromarant ex musicien :

À la fin de chaque épisode des séries de Chuck Lorre, au cours du générique, on voit apparaître pendant un très court instant un billet d’humeur rédigé par l’auteur. Ces notes humoristiques s’appellent Vanity Cards. Généralement, il y est question des pensées de Chuck Lorre allant parfois même contre la politique de la chaîne ce qui lui valut de se faire censurer à de nombreuses reprises car il peut y parler de sujets sensibles comme de la théorie du complot même si un ton humoristique semble se dégager de ses notes. Dans ce cas-là, sa « vanity card » n’est qu’un simple message affirmant qu’il a « une nouvelle fois » été censuré.

Comme quoi : yapa que LHDDT qui complotise !

(1) Chiffre de J. Attali.

Allah bonne heur !

Page de pub pour les pauvrezimmigrés qui ne violent personne qui ne le demanderait pas explicitement sauf Sandrine ~~

Je vous laisse aller voir la bande annonce de

Mathieu Kassovitz on y voit une bonne famille française, enfants qui dessines et tout à coup la maison est bombardée – bref, voir le titre « Et si les migrants, c’était vous ? » sur YouTube.

Islam & esclavage

@magicqueen – 17 novembre 2017 à 12 h 32 min

Un article a été blacklisté sur voxnr, je l’ai retrouvé :

lundi, 29 février 2016 Islam et esclavage docteurplouviergdfgvxdfg.jpg

Si l’on ignore tout des pratiques économiques et sociales de la préhistoire (et qu’il est peu probable que l’on en connaisse jamais grand-chose), l’on sait que toutes les sociétés antiques connues ont été fondées sur l’esclavage des prisonniers de guerre et des peuples soumis par droit de conquête ainsi que sur la servitude des débiteurs insolvables. C’était notamment le cas des Arabes et des Juifs de la Péninsule arabique quand Mahomet vint au monde, l’an vers 570, à La Mecque (Watt, 1958).

S’il faut en croire le Coran, Mahomet a beaucoup admiré Moïse et Jésus de Nazareth. Hélas, il a adopté la tradition esclavagiste moïsaïque, en la remodelant, et s’est détourné du commandement d’amour général du Christ.

Si le Deutéronome fait des peuples vaincus les esclaves naturels du peuple hébreu, le Lévitique ordonne de libérer les esclaves juifs (pour dettes) lors de l’année sabbatique, tandis qu’il n’est pas prévu de libérer les esclaves razziés lors d’une guerre.

Pour les esclaves « frères de race » (les Juifs), les choses se sont aggravées dans la seconde moitié du 1er siècle avant Jésus-Christ, quand Hillel l’ancien, le « bon pharisien », a proposé la clause du prosbul (ou prosbol : à l’époque d’Hillel, on ne notait pas les voyelles dans les écrits rédigés en hébreu ou en araméen, chacun est donc libre d’écrire ce mot à sa guise). Selon cette clause, lors de l’année sabbatique (soit, tous les sept ans), les biens prêtés et les esclaves qui avaient accepté cette clause, du fait de l’ampleur de leur dette ou de leur incurable stupidité, passaient sous l’administration du Sanhédrin de Judée (ou du tribunal juif provincial pour les Juifs de la diaspora), puis étaient rendus, l’année suivante, à leur propriétaire.

Mahomet a été formel : aucun musulman, aucun Croyant en Allah, ne peut être l’esclave d’un autre musulman (ce qui réalise un progrès par rapport à la religion juive), mais pour les autres (prisonniers de guerre non exterminés après une victoire, individus capturés lors d’un rezzou, famille d’un apostat ou d’un homme qui a combattu l’islam), il n’est pas prévu d’affranchissement, tout au plus une rançon, s’il s’agit d’un riche chevalier (sourate 47).

Par ses sourates 2, 6, 16, 24, 29, 30, 31, 33, 47, le Coran légalise l’esclavage (Chebel, 2007, non exhaustif). Il est précisé, in sourates 6 et 33, que l’esclave féminine doit satisfaire toutes les exigences de son maître. Toutefois, les relations homosexuelles sont absolument prohibées, ce qui n’empêche nullement qu’elles n’aient été fort pratiquées par les maîtres et les gardes-chiourmes sur les Européens des bagnes du Maghreb (Davis, 2003) et de Turquie.

Il est important de noter qu’en terres d’islam (le Dâr al-Islam), les dhimmis, en pratique dépourvus de droits civiques, pressurés d’impôts et soumis à de multiples vexations, ne sont pas des esclaves, mais des individus simplement « inférieurs » (Fattal, 1958).

L’esclavage des VII-XIXe siècles conservera les deux caractéristiques initiales, la juive et la musulmane, enrichie d’un apport de très mauvais chrétiens (coptes, monophysites éthiopiens, catholiques et réformés de toutes les variétés à l’exception des quakers).

Il a existé, en Afrique ou en provenance de ce continent, trois courants esclavagistes. Les bons auteurs n’insistent guère que sur la Traite négrière vers les Amériques, ce qui est une façon fort réductrice de considérer le phénomène, à la fois dans les dates et dans les effectifs.

A – La Traite vers les Amériques

C’est la seule qui soit connue des auteurs consensuels. L’on y trouve, parmi les trafiquants, des Juifs et des chrétiens, mais aussi des musulmans.

Les estimations des Noirs razziés par des « rois nègres » et vendus à des négociants musulmans, juifs ou plus rarement chrétiens établis sur les côtes d’Afrique occidentale varient entre 10 et 12 millions. En fait, les deux estimations chiffrées recouvrent des réalités différentes.

Environ 10 millions d’esclaves sont arrivés d’Afrique dans les trois Amériques (Antilles, colonies anglaises d’Amérique du Nord puis USA, colonies néerlandaises, espagnoles et portugaises d’Amérique du Sud), mais il en était parti d’Afrique environ 12 millions entre le milieu du XVe siècle et le début du XIXe (Folhen, 1998 ; Eltis, 2008).

L’énorme mortalité de la traite transatlantique, évoquée par les Lumières françaises du XVIIIe siècle, a été amplement confirmée par les études modernes. Entre mutineries, naufrages et destructions de navires lors des guerres opposant divers États européens, on évalue la mortalité au sixième des captifs (Eltis, 2008). On ne peut en faire porter la responsabilité que sur les organisateurs chrétiens et juifs, le rôle des vendeurs musulmans s’arrêtant aux côtes d’Afrique occidentale.

Le « commerce triangulaire » est effectivement européen. Les vaisseaux partent de Bristol et de Liverpool (c’est le port prédominant de la traite au XVIIIe siècle, in Petré-Grenouilleau, 2004), de Rotterdam, de Bordeaux (où la famille juive Gradis domine la traite au dernier siècle de l’Ancien Régime), accessoirement de Copenhague, de Nantes et de La Rochelle. Ces navires sont chargés de tissus et d’articles de pacotille destinés à satisfaire, moins les vendeurs arabes qui exigent du numéraire, que les Noirs razziant des Africains.

Repartis, avec soutes et entrepont bondés d’esclaves, ils affrontent l’Atlantique pour atterrir aux Antilles ou à Newport (Rhode Island) où la famille juive Lopez domine, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la vente des esclaves destinés aux plantations de l’Est de l’Amérique du Nord (l’esclavage est interdit au Canada français), ou encore dans les ports de Curaçao ou du Brésil : Isaac da Costa, juif portugais, et sa famille dominent le trafic d’Amérique du Sud (Raphael, 1983).

En ce XVIIIe siècle, six millions d’Africains arrivent dans les Amériques (dont 42 % sont transportés par des Anglais, 28 % par des Portugais, 18 % par des Français, 12 % par des néerlandais et des Danois, in Daget, 1990).

Mais, il ne faut pas oublier la réduction en esclavage des Amérindiens, à l’initiative d’un gouverneur français de Saint-Domingue en 1503 (Daget, 1990), largement imité par les gouverneurs des colonies espagnoles et portugaises, en dépit des initiatives des Jésuites pour éviter cette ignominie. De même, il serait malhonnête de ne pas signaler qu’en 1746, après leur victoire de Culloden, les Anglais ont vendu des milliers d’Écossais des Highlands, comme esclaves, aux Bahamas et à la Barbade (Henninger, 2010).

Ce trafic de chair humaine commence très tôt à révolter certaines consciences. Dès la fin du XVIIe siècle, les quakers de Grande-Bretagne et d’Amérique du Nord ont vainement tenté d’apitoyer leurs concitoyens. En fait, les premières condamnations sont venues de l’Église catholique. Si un mauvais pape, Nicolas V (Tommaso Parentucelli), ignorant probablement tout des écrits de saint Justin, père de l’Église, et répudiant la doctrine de charité du Christ, a autorisé en 1454 les rois du Portugal à déporter des Africains pour leur colonie brésilienne (en échange de leur baptême systématique), d’autres pontifes ont condamné l’esclavage, sans aucune ambiguïté (in Sévillia, 2003) : Paul III (en 1537), Pie V (en 1568), Urbain VIII (en 1639), Benoît XIV (en 1741).

Vers 1750, les Lumières de France prennent le relais : Montesquieu, Diderot, Jean-Jacques Rousseau, Louis de Jaucourt, suivis des prêtres Guillaume Raynal et Henri Grégoire, à la fin du siècle. Leur combat n’aboutira qu’à une tentative mort-née d’abolition de l’esclavage, durant le règne de la Convention Nationale.

B – La Traite d’Afrique noire vers le Maghreb et la piraterie barbaresque

Qu’elle soit transsaharienne ou méditerranéenne, cette traite, exclusivement musulmane celle-là, porta sur 9 à 10 millions d’humains, des Africains, mais aussi des Européens (Austen, 1987 ; Davis, 2004).

Entre 8 et 8,5 millions de Noirs ont été razziés dans les bassins du Tchad et du Niger, puis exportés à pied, enchaînés, à-travers le Sahara, vers les cités du Maghreb, avec une mortalité d’environ 1,5 million d’êtres humains lors des transferts, entre les VIIe et XIXe siècles (Austen, 1987 ; Petré-Grenouilleau, 2004), alors que l’esclavage avait disparu du Maghreb christianisé avant l’invasion musulmane.

Entre 1,2 et 1,3 million d’Européens (des hommes, pour 90 % d’entre eux) ont été réduits en esclavage, entre 1530 et 1830 (Davis, 2004). Ils étaient soit les victimes de raids de vaillants guerriers musulmans sur les cités et les villages non ou mal défendus des zones côtières d’Ibérie, de Provence, de Sicile et d’Italie méridionale, soit des navigateurs dont les navires de pêche ou de commerce avaient été attaqués par des « pirates barbaresques » du Maroc et d’Algérie, ces derniers n’ayant été neutralisés que grâce à l’intervention militaire française de 1830. Les Arabes d’Alger et d’Oran exportaient des esclaves « roumis » vers le Soudan (Mali, de nos jours).

Jusqu’à présent, aucune repentance ne s’est manifestée, à ce propos, du côté de Salé ou de Rabat, ou en provenance d’Oran ou d’Alger. Cela ne saurait tarder, de la part d’individus qui se sentent très concernés par ce concept… à moins que, comme on l’a constaté pour le racisme ou les génocides, la repentance ne soit une notion à géométrie variable.

C – La Traite d’Afrique orientale

Elle fut à la fois juive, copte, monophysite éthiopienne et majoritairement musulmane, pour les trafiquants, quasi-exclusivement musulmane pour les acheteurs. Elle a porté sur environ 8 millions d’humains, avec une mortalité en cours de transport d’environ 100 000 Noirs (Petré-Grenouilleau, 2004).

Les bassins de rapt étaient la Nubie (ou Soudan égyptien), l’Éthiopie et les royaumes de Somalie, la région des grands lacs d’Afrique centrale. Les captures étaient organisées par des roitelets noirs ou le négus éthiopien. Les négociants étaient des musulmans de Khartoum, de Mogadiscio et de Zanzibar, qui dispersaient leurs prises vers les Comores et les Mascareignes, vers la Péninsule arabique, vers l’Égypte (où ils étaient revendus par des musulmans, des Juifs et des coptes), vers le littoral libyen, ainsi que vers le Pakistan, l’Insulinde et la Malaisie.

Des Juifs installés en Égypte assuraient la fourniture en esclaves de la Perse, où ces trafiquants étaient appelés Rhadanites (Heers, 2003).

Musulmans et Juifs, d’Alger et du Caire, n’hésitaient pas à châtrer des esclaves pour en faire des gardiens de harem ou des prostitués mâles (Heers, 2003), en dépit des interdits coraniques sur l’homosexualité.

Si l’on additionne les deux dernières traites, en très grande partie musulmanes pour trafiquants et acheteurs – des traites si rarement citées par les auteurs bien-pensants –, l’on arrive à un chiffre approximatif de 16 à 17 millions d’êtres humains victimes de rapt à des fins d’esclavage : c’est nettement plus que le total de la Traite des Noirs vers les Amériques.

C’est d’Europe qu’est venue la campagne pour l’abolition de l’esclavage et ce sont les Européens qui l’ont interdit partout où ils ont dominé : en terres musulmanes aussi bien qu’en Éthiopie, où la victoire italienne de 1936 fut suivie de la fin de l’esclavage (les derniers négus n’avaient interdit que l’esclavage des Éthiopiens, mais ils poursuivaient la politique de razzia des Noirs étrangers à leur empire et l’exportation, fort rémunératrice, de ces esclaves en terres d’islam).

Après un premier essai en février 1794, les gouvernants français n’ont interdit la pratique de l’esclavage dans les possessions coloniales qu’en 1848. Mais il est bon de rappeler que le Code Noir de 1685 affranchissait au moins en principe tout esclave dès qu’il mettait le pied sur le territoire métropolitain. Les Britanniques avaient interdit la traite dès 1807, puis abolirent l’esclavage dans leurs colonies par un vote du Parlement en 1833, la date d’application étant fixée au 1er janvier 1835.

Abraham Lincoln en fit autant, à la date du 1er janvier 1863, en pleine guerre de Sécession. L’application de ce décret présidentiel attendit la fin du conflit, soit l’année 1865. Au Brésil, l’esclavage ne fut aboli qu’en 1888 (Petré-Grenouilleau, 2004).

En terres d’islam, l’esclavage disparut rapidement avec la colonisation par l’homme blanc. Toutefois, il fallut attendre 1922 pour l’obtenir au Maroc, simple protectorat français, alors que le sultan-calife de l’Empire ottoman l’avait aboli en 1876.

En Arabie saoudite, où les Wahhabites avaient chassé, de 1926 à 1932, les chérifs de La Mecque, l’esclavage fut très florissant dès les années 1920 ; la pratique n’en fut officiellement abolie qu’en 1968.

L’esclavage a repris en Mauritanie après la décolonisation française et ne fut déclaré hors la loi qu’en 1980, mais il fallut renouveler l’avis à la fin de la décennie 1990, et l’on considérait qu’au début du XXIe siècle, il existait encore environ 100 000 esclaves dans ce pays (Delacampagne, 2002).

En 2003, un rapport présenté devant l’Organisation des Nations Unies (un organisme dont l’efficacité n’échappe à personne) faisait état d’environ 20 millions d’esclaves adultes et de dix à quinze fois plus d’enfants esclaves (Petré-Grenouilleau, 2004). Aucune mesure ne fut prise contre les États esclavagistes de fait, dont les représentants nièrent tous la réalité du phénomène et hurlèrent leur parfaite bonne foi, s’indignant d’une accusation « colonialiste ».

De nos jours (Chebel, 2007), il semble que l’esclavage soit florissant au Pakistan oriental (Bengladesh), en Arabie saoudite et dans les Émirats arabes, ainsi que dans les États du Sahel où le prosélytisme et le terrorisme islamistes progressent d’année en année, pour la plus grande gloire d’Allah, le Tout-puissant et le miséricordieux.

* R. Austen : African economic history, Currey, Londres, 1987
* M. Chebel : L’esclavage en terre d’islam. Un tabou bien gardé, Fayard, 2007
* S. Daget : La Traite des Noirs, Éditions Ouest-France, Rennes, 1990
* R. C. Davis : Christian slaves, muslim masters. White slavery in the Mediterranean, the Barbary coast and Italy, 1500-1800, McMillan, New York, 2003 (en réalité la traite des esclaves européens se poursuit jusqu’en 1830 en Algérie et jusqu’au milieu du XIXe siècle au Sahel)
* C. Delacampagne : Histoire de l’esclavage. De l’Antiquité à nos jours, Librairie Générale de France, 2002
* D. Eltis : The trans-atlantic slave trade database, Emory University, 2008 (en libre lecture sur le Net)
* A. Fattal : Le statut légal des non-musulmans en pays d’Islam, Institut Catholique de Beyrouth, 1958 (consultable dans les facultés catholiques de France et de Belgique)
* C. Folhen : Histoire de l’esclavage aux États-Unis, Perrin, 2007
* J. Heers : Les négriers en terre d’Islam, Perrin, 2003
* L. Henninger : Révolution militaire et naissance de la modernité, Krisis, N° 34, juin 2010, p. 58-75
* O. Petré-Grenouilleau : Les traites négrières, essai d’histoire globale, Gallimard, 2004
* M. L. Raphael : Jews and judaism in the United States. A documentary history, Behrman, New York, 1983
* J. Sévillia : Historiquement correct. Pour en finir avec le passé unique, Perrin, 2003
* W. M. Watt : Mahomet à La Mecque, Payot, 1958

Docteur Bernard Plouvier

Source : Voxnr

http://lvci.hautetfort.com/archive/2016/02/29/islam-et-esclavage-5766982.html

Voilà : maintenant, il est en sécurité !

https://lhddt.wordpress.com/2015/10/31/islam-et-esclavage-docteur-bernard-plouvier-sur-voxnr-com/

Le padamme-al-gamme, padamalgame, pas d’amalgame

« L’Islam politique et les musulmans, c’est pas la même chose » (1) dit Laurence Marchand-Taillade (CNEWS) de l’ « Observatoire de la laïcité » n’empêche qu’elle donne surtout son avis en prenant parti. Alors, où est l’observatoire « indépendant » là-dedans ?
Et puis : qu’en sait-elle ? j’ai bien un avis totalement opposé // l’islam « modéré », c’est allah takkya (2) pour arriver – en mode sous-marin, à la Oumma # l’Islam planétaire.

Bon – Laurence, on s’en fiche un peu mais c’est ce mécanisme épuisant de l’amalgame ou plutôt du « padamalgame » qui me tape sur les nerfs.

On espérerait moins de prise parti d’un « observatoire ». Qu’elle « observe », tant mieux mais qu’elle insuffle son avis a quelque chose de déplacé m’est avis.
Encore une bobotte promottant – par son « observatoire », le « vivre ensemble » avec les immigrés majoritairement mahomettants.

(1) comme « sioniste » et juif.
(2) La dissimulation, aussi utilisée par le marranisme juif.

« Confrontation militaire

ce que tout le monde essaye d’éviter »

grand israel big

Ah bon ? Parce que l’Etat des Juifs (« Israël ») l’Etat Roquet-belles-zoreilles agressif ferait tout pour éviter les conflits militaires ? c’est nouveau. Lui qui n’a de cesse de japper aux mollets de l’Iran. Japper contre le Hezbollah qui l’ONG protégeant le Liban de l’invasion, du rap du Litani ?

Le Hezbollah attaque Israël aux fermes de Chebaa
http://reseauinternational.net/hezbollah-attaque-israel-aux-fermes-chebaa/

Le 7 octobre 2014, le Hezbollah a attaqué les Forces israéliennes stationnées illégalement sur le territoire libanais aux fermes de Chebaa. Il s’agit de la première attaque de la Résistance libanaise contre l’occupant israélien depuis la guerre de 2006.

Cette opération est généralement interprétée comme un message du Hezbollah à l’État hébreu afin qu’il ne tente pas d’étendre à la frontière libano-israélienne le dispositif qu’il a mis en place à la frontière syro-israélienne…

On aurait peut-être pu titrer « Saad Hariri et le double jeux avec ‘L’ami d’Israël’ « .

Sans surprise, ce couac virtuel a rencontré un succès retentissant sur les forums des partisans d’Hassan Nasrallah, un des principaux rivaux d’Hariri et leader du Hezbollah. « Les excuses de l’ex-Premier ministre ne tiennent pas la route, tant il est évident que le nom et la photo du porte-parole indiquent clairement qu’il est Israélien », est-il écrit sur l’un d’eux.

Saad Hairi => « Israël » => méfiance.

En aparté :

voltairenet.org | 15 novembre 25
Netanyahou rejette l’accord de paix russo-américain en Syrie

Sur E&R.

Mécanismes dialectiques et rhétoriques / Empapaouter ou : comment ne pas se laisser empapaoutter

Il y a la forme : on connait foule de nos politiciens langue de bois ou l’autre, qui va vous traîner vous – admiratif, dans des méandres finalement vides de sens ou pervers.
Souvent « forme sans fond ».

Vice dialectique : Si l’autorisation de porter le voile est acquises : DONC, portez le ! alors, portez-le !
Ou : forcer (psychologiquement) votre entourage, à le porter ..

Quelqu’un peut dire une connerie, une ineptie – puis, elle fait boule neige, elle est colportée par les media jusqu’à devenir un objet différent de la connerie prononcée.
En voilà un, exemple de mécanisme :

L’affaire policière Michel Even ## la gendarmerie EST PERSUADEE de la culpabilité sur des manques de preuves. Le juge PART SUR CETTE BASE.

Usage mots creux « accidentologie » pour faire classieux.

Un autre :
Voir le mot « universalisme » par exemple, et « Universalisme occidental », s’il est « seulement » occidental, il n’est donc plus universaliste !
Si on te bourre le mou avec cet « Universalisme occidental », le terme va prendre consistance, repris par les media, servir d’argument alors qu’il est vide de sens – par définition.

D’aucuns prendront dur comme fer cette idée pourtant erronée.

Thierry Moreau (rédacteur en chef de Télé 7 jours, chroniqueur dans « Touche pas à mon poste! ») dans son genre et Clément Viktorovitch (Sciences Po, Ecole Nationale d’Administration, ESSEC Business School) semblent – chacun son côté, spécialistes de ces matières ou du moins : bien connaître le sujet.

Avant tout : essayer de décortiquer, dans la rhétorique, ce qui ne veut rien dire :

Eric Zemmour

– Le concept mobilisateur (auto définition), enfiler des perles sur un collier : l’orateur débite une liste de mots auxquels on ne peut pas s’opposer tellement ils sont creux. : « Quand en France.. crédible moderne et rassembleur, France grande et belle .. il peut être..  » bref, phrase d’une « clarté diaphane » 😉 pour le moins.
– Mael de Calan // voter pour deux « visions » : deux visions // celle que je défend : une droite ouverte, vraiment de droite qui refuse de mettre tous les taquets au maximum, la seule .. » et l’orateur oublie la seconde partie de sa comparaison.
– Juppé : « Je ne suis pas en marche,je ne suis pas non plus immobile, je suis en mouvement ! »
Traduction : il n’a strictement rien dit.
– Jean-Pierre Mercier : »A partir du moment où il y aura des patrons .. » phrase doublement creuse.

Quand on veut être clair, on est clair.
Si tu ne comprends pas ce que semble expliquer Untel (politicien), ce n’est pas que tu es c*n, c’est qu’Untel essayer de te rouler dans la farine.
Cinquante pour cent de ce que bavassent les politiciens est volontairement inconsistant.

Bon, ça – c’était le creusisme habituel de l’orateur, comment décrypter ..
maintenant c’est « comment t’exprimer’, si tu es intéressé par la dialectique opérationnelle, suivent quelques liens formateurs :

Une bonne introduction : https://fr.wikihow.com/%C3%AAtre-plus-%C3%A9loquent

Techniques oratoires (et bouquins) : http://antoinesimen.centerblog.net/73-les-dix-secrets-de-art-oratoire
http://coacheloquence.com/une-selection-de-5-excellents-livres-sur-lart-oratoire-et-leloquence/
http://coacheloquence.com/gestuelle-langage-corporel-art-oratoire-corps-esprit/
La périphrase : http://coacheloquence.com/rhetorique-du-politiquement-correct-de-lart-de-la-periphrase-au-lissage-du-langage/
http://www.fabula.org/revue/document8658.php
Dix conseils : https://fr.linkedin.com/pulse/les-dix-secrets-de-lart-oratoire-clement-tiofack-bavoua-tekeu
Impressionnant Obama : https://www.pierremorsa.com/blog/7-5-secrets-art-oratoire-barack-obama/
Trente et une combines oratoires : https://developpement-personnel-club.com/31-secrets-dun-conferencier-pour-maitriser-lart-de-parler-en-public/
Argumentation : https://recherchestravaux.revues.org/227
.. Parmi les procédés qui font naître chez le lecteur un sentiment d’évidence, on citera, à côté d’autres temps de l’indicatif, l’emploi massif du présent de l’indicatif, qui impose l’idée ou l’événement avec force, comme pleinement vraie ou pleinement actualisé. L’usage quasi permanent du présent entraîne aussi une homogénéisation entre le plan du commentaire et celui de l’objet d’étude (la vie et l’œuvre de Flaubert), de sorte que ces différents plans semblent ne plus former qu’une seule réalité [..]

Vidéos : https://www.developpement-personnel-club-boutique.com/peur-parler-en-public-et-etre-orateur/

Références : http://www.revue-texto.net/Reperes/Themes/Duteil/Duteil_Rhetorique1.html

Epilogue en forme de définitions :

* dialectique: art du raisonnement

* rhétorique: art du discours

* maïeutique: « accouchement des âmes » => art de guider l’autre vers la découverte de soi et de la vérité – mise au jour des connaissances cachées qu’il possède sans même le savoir => (aide à la) prise de conscience – se pratique au moins au début à deux

* dialectique: art d’enchaîner les idées pour construire des raisonnements et par là même de faire des découvertes par la simple interconnexion des idées entre elles – la mise en ordre et en structure du connu fait découvrir de l’inconnu

* rhétorique: art oratoire, art d’utiliser le langage pour convaincre un auditoire – utilise dans ce but autant, sinon plus, l’émotion et les artifices de langage que la pensée et le raisonnement.

En aparté : les combines du chancelier Adolf Hitler/

Le(s) suicide(s) de la Police

Les suicides ne sont pas du qu’à des problèmes personnels, unitaires isolés, ils traduisent le malaise de la société.

Bruno Cautrès

L’ami renaquissé .. @Pakunta me plante sur la ligne d’arrivée / Pourquoi je regarde « Quotidien »

Il me fait remarquer l’émission « Quotidien », télé TMC (chaîne française, soulignons-le)

Qui présente longuement ce superbe film spécial pour juifs « Simon et Théodore » Avec pour thème « comment être un bon fils juif », comment être un homme mais juif?
Si tu gaspilles un ticket, tu auras la chance de voir une rabbinne, femme rabbin – pas DE rabbin, ce qui est assez rare, disons le.
Le film explique aussi comment butter la gueule « donner le coup de point parfait ».

L’émission soulignait aussi une pièce Lina el Arabi (Mon ange – Théâtre Tristan Bernard | BilletReduc.com).

Comme d’hab., Yann Barthès se fout de la gu.. de Marine Le Pen, ce qui va finir par fatiguer d’autant que les mêmes micro-crottoirs tournent en boucle – où on note la pauvreté de l’émission.
L’émission a aussi une buse sous contrat : le même « comique » débitant des conneries qui ne font rire que lui // tellement Kong que je n’ai pas percuté son patronyme.

Pourquoi je regarde « Quotidien » tu vas dire, puisque je ne fais que critiquer ??
C’est que : n’ayant pas encore jeté mon stick USB pour la TNT, en fin d’aprèm. il n’y a vraiment que de la daube sur les chiennes françaises.. sans parler le Cyril Laluna ## Pourtant, « Quotidien » fait un tour de piste par fois déridant et un peu plus large que ce qu’ « offre » BFM/TV qui ne fait que nous arroser du Président de la République Actuelle.

Une « bonne » guerre en chasse une bien mauvaise

La commémoration du 11 novembre semble passablement « raptée » pour devenir celle des « Attentats », attentats conséquents de nos guerres d’agression « humanitaire », « droit d’ingérence kouchnerien » et droits-de-l’hommien-comment-en-France en Afrique et surtout : en Syrie.

Sans compter la Palestine occupée par les sionistes – Couchés devant l’Etat des Juifs qu’on est // Palestine que tout le monde se complaît à ignorer pour ne pas déplaire à MétaMiaou.

Ce 11 novembre est devenu // sur les media, l’occasion d’une foule des racontars d’assistance psychologique qui m’a fait « rebondir » .. certains chromatismes « une forme de colère » .. qui permet d’ intégrer .. « le cerveau va pouvoir déconnecter .. » diabètes accidents cardio vasculaires Si, si !! sur la télé CNEWS !

Les « poilus » et autres « Gueules Cassées », on les voit assez mal dans ce détournement bobo.

Manuel Macron déclare qu’il ne présidera pas l’an prochain.. se sentirait-il moins photo-hygiénique que GrosMou 1° qui lui, courrait après les obturateurs.

Série « Avengers »

Techniquement, cette série est magnifique.. toutes les capacités du cinoche actuel.
Mais – quelle idée de faire de ces beaux robeaux noi’ (1), hein dis-moi ? les robots couleur ferraille ça ne suffisait pas ?

Note : pas de bonne illustration alors, on en met une plusse dans l’esprit d’ici :

(1) Blacks, blaques, à-fricains.

Les bons fascistes (US) 1933/1945 et nos « libérateurs » Zuesses (Màj)

Il y a là matière à sérieuses réflexions.. cette vidéo m’a personnellement, coupé la chique ~~

On y apprend foule de « détails » pas si détails d’ailleurs :

Hitler aide les US à se débarrasser du péril Rouge..
Les camps de TRAVAIL aussi appelés « .. de concentration » par les sionistes : on y trouvait qu’une petite minorité de juifs.
Le but initial de Dachau c’était d’y boucler les cocos et assimilés.
Verner von Braun était effectivement un ancien SS
IBM fabriquait en Allemagne, les trieuses à carte perforées, qui servaient à trier les incarcérés.
FORD et GM profitaient directement de la main d’oeuvre de Buchenwald ! Ententes directe Hitler/financiers US, tout comme le grand-père Bush d’ailleurs.
La bonne raison : Hitler était anti-rouges (beaucoup de juifs pro-soviets puisque les cadres soviets étaient juifs pour la plupart), les ricains aussi !

Notes :

Il n’y aurait eu ( selon le FBI déclass.) que 2 millions de juifs en Europe. On en déduira ce qu’on veut.

Ça n’a pas vraiment rapport avec cette vidéo mais – pour les non initiés :
Accord Haavara accord de transfert des juifs riches.
Brave Hitler 😉

[Tags Keywords Jacques R Pauwel ]

Presque tout sur Casey Burke (« Cindy ») ou presque

Dans cette gentille série US, the Middle – sans blacks ni références communautaristes juives (Barbidzzah, « Israël », clinique juivo-sioniste, prières judéo-hébreuzes, prépuce, Anna Ouschkah ..) comme dans « Friends » il y a Cindy, une fille atypique et largement décalée.

The Middle est franchement sympa, émouvante – tendre quand le fille de la maison, « Sue », qui rate TOUT et plus, d’un looque trop ordinaire, son appareil dentaire, les « bagues » en ferraille, moquée de ses co-lycéennes est pourtant admise en fac.

Cindy, on dirait une gardienne de cochon, encapuchonnée – l’étonnante coiffe qu’elle ne quitte jamais.
Il lui est arrivé de sourire mais ce n’est pas fréquent; c’est le petite-amie de Brick mais en tout bien tout honneur-platonique quand on connait Brick.

En voilà quelques images.. pas tro sexies mais ce n’est pas le sujet.

casey-burk cindy the middle casey-burk cindy the middle
casey-burk the middle casey-burk & brick

M’est avis que Casey ressemble un peu à Julie Caignault aka « Isabelle » (Dans prod JLA AB « Premiers Baisers), jolie jeune pouliche.
Mais alors : Isa, c’est exactement le contraire : une pimbêche peau de vache, dictatrice 😉

isabelle caignault julie en-maillot sexy premiers baisers JLA AB

On disait « presque tout ».. chose promise ~~ là voilà notre Casey aka « Cindy », mais dans un autre rôle 😉 « visiblement » :

casey-burke sexy

Et enfin : là, elle est devenue « grande » 😉

PTT, familles décomposées puis un à pelle à témoins

Moi j’aurais écrit « .. ceux qui le cherchent » mais bon – l’intention est quand même bien là 😉

Une campagne Cornerjob qui va faire tirer la tronche à nombre de glandeurs/-euses et autre chômeuses branleuses « professionnelles » [Puisque le masculin ne l’emporte plus sur la féminine].
Pas sûr que cette campagne soit sponsorisée par le gouvernement actuel 😦

Si le français se remuait le cul ..
En Chine, j’ai vu ça :
Le petit gars trouve une pièce d’un kuai 元. Avec, il achète un paquet de cigarette et l’installe sur un papier rouge sur un carton qu’il a dressé sur le trottoir. Un mec s’arrête et demande « Combien ? », l’autre : « 2 元 ! »..

Il va acheter deux paquets et idem le même scénario.

Deux ans plus tard, il s’était ouvert un bureau de tabac !
En France, on a inventé l’idiome « Petit Travail Tranquille » – certains recevront la Médaille du Travail de Balayeur Echelon II passé 35 ans …
Le RSA aussi ~~ Bientôt le salaire universel que même si nos amis blacks y foutent rien, ils reçoivent quand même leur dû de 1.700 mensuel.

La pauvre « famille monoparentale » que son mec lui convenait plus.. si elle avait une idée plus élevée de la famille, elle n’en serait pas arrivéE là.

La femme battue de ci-dessus probablement ~~

Pour ce qui est du mois dernier, puisqu’il y a une femme horriblement tuée tous les deux jours, j’ai cherché AU MOINS UN des 15 noms attendus (puisque la presse n’en parle jamais)..
Pas plus que de beurre en broche, alors : merci – si vous trouvez au moins deux ou trois noms de ces malheureuses, de nous informer.. à moins que tout ça ne soit que du cinoche féministe du genre « 300.000 femmes battues, y avez-vous cru ? »

Insidieuse pubbe au communautarisme noir (Tu vas rigoler)

Je regarde

New York Unité Spéciale

« Le témoin clef » Série Saison 11 – Episode 16 Créée par Dawn DeNoon
avec Richard Belzer, Christopher Meloni, Ned Eisenberg, Diora Baird, Eric Lange, Ice-T, Mariska Hargitay, Ned Eisenberg, Richard Belzer, Stephanie March

on y voit la femme qui vient d’être violée (Stephanie March aka Alexandra Cabot).. elle est pour le moins sexy (ce qui ne dérange pas).
La femme fini à l’hosto car le violeur l’a infectée.
Elle meurt après avoir témoigné sur un smartphone.

Jusque là : pas de problème sauf que – pour condamner le violeur il faut forcer une « pauvre brave blaquesse congolaise » en situation irrégulière aux US.

Et – insidieusement, le sketsche se déplace sur « la condition de la femme violée en Afrique ».

Le type sera condamné tandis qu’elle, se trouvera gratifiée d’une carte verte bla bla ~~

« Et alors ? » tu vas dire..
Bein : la séquence de la violée dure 20mn mais le reste // soit 40 minutes sont consacrée à cette pauvre femme noire.

Tu vois où je voulais en venir ?

Rappel : ça fait plus de vingt ans que je n’ai pas vu un « méchant noir » dans un film ou une série… US ou français d’ailleurs.
Le méchant est parfois un black mais – les « Cinq dernières minutes » on découvre que c’est un blanc le crimeur 😉 le pauvre petit dealer noir était lui même une pauvre victime Kong le savions pas Angkor !

Bon voilà.. j’ai fini cet article…..

eh bein non !

Alors que je laissais filer la télé TF1 du coin de l’oreille eh bien – TIENS TOI BIEN :
l’épisode suivant, c’est exactement kiffe-kiffe même bourrique ## le méchant violeur de sa soeur (le noi’ du haut) c’est pas un noir – c’est le vilain blanc « Tony », du bas.
Le noi’ est en train de faire justice à sa soeur violée par ce porc de blanco ## mais bon, ça va s’arranger pour lui, t’en fais pas.

Bon, là, j’abdique.

Harcèlement, « avances »

Les gars et les filles sont différents – l’égalité n’est qu’une pieuserie, la preuve :

Le jour où ça aura changé, on en reparlera.
Mesdames : merci d’en déduire ce que vous pouvez mais en toute logique pour une fois.